CHARLES PIK
Avocat à la Cour d'Appel

52 bis Bd Saint-Jacques
75014 Paris
Tel : 01 45 35 09 09
Fax : 01 47 07 58 14

charles.pik@wanadoo.fr

Accompagner le divorce

Avocat, divorce, séparation, droit de la famille: Charles Pik l'avocat des pèresLa séparation du couple est toujours douloureuse quelqu'en soit les raisons.

Autant dire qu'il n'est pas question de se faire remplacer à l'audience lors d'une procédure de divorce par une collaboratrice fut-elle tout-à-fait compétente. Le principe est donc le respect du père dans son choix de l'avocat qui est celui qui se présente à l'audience pour assurer une défense personnalisée et adaptée lors de la procédure de divorce. La nature conflictuelle d'un divorce avec les enjeux en cause ne souffrent aucune exception sur ce point.

L'accueil est donc également personnalisé et les problèmes sont pris en compte dans leurs diversités.

Le Cabinet

Charles PIK demeure un cabinet à l'échelle humaine pour des papas qui ont besoin d'avoir un interlocuteur à leur écoute dans les cas de divorce ou de séparation. Il s'agit en effet, de divorce, de droit de la famille, et du sort et de l'avenir des enfants tiraillés entre leur papa et leur maman et qui sont devenus un enjeu malgré eux dans un conflit dont ils sont manifestementles premières victimes.

Domaines de compétence

Résidence alternée, droits des pères, Cahrle PIK votre avocat du divorceC'est également dans le cadre de ses activités professionnelles qu'il a mise au service de l'égalité parentale et du désir de voir un jour la Justice donner à chacun des parents une place équivalente vis-à-vis de ses enfants, que Me Charles PIK a du défendre des pères désespérés qui avaient fait des choix extrêmes devant l'injustice dont ils étaient victimes.

Il a pu ainsi prendre en charge la défense d'un papa qui, après avoir partagé avec la mère la vie de sa petite fille, s'est soudainement vu interdire de la voir de par la seule volonté de cette dernière.

Elle avait en effet dresser tous les obstacles dont elle disposait pour l'empêcher d'avoir le moindre contact avec sa fille jusqu'à ce qu'il finisse par saisir la Justice, et ce, bien qu'il s'en soit occupée normalement et au même titre que cette dernière jusqu'à la rupture conjugale.

Même si cette éventualité était incontournable, rien ne justifiait un tel comportement contraire de façon évidente à l'intérêt de l'enfant soudainement privée de son papa sans qu'elle en comprenne elle-même la raison.

Le choix a donc été le plus mauvais puisqu'il a été le reflet du désespoir en ce qu'il a enlevé sa fille durant 9 mois entiers durant lesquels, il a fait le tour du monde avec cette dernière.

Sans pour autant approuver une telle décision sa part que l'on ne peut que réprouver, eu égard à la nécessité du respect de la loi, à l'évolution du droit de la famille et des avancées obtenues par les pères dans le cadre également de la réforme du divorce , et ce, au prix d'un combat qui est loin d'être terminé, il est indispensable de comprendre certains gestes avant de le juger.

Seule cette compréhension permettra de les éviter à l'avenir car se contenter de la seule voie répressive est bien-entendu totalement insuffisant.

Si la Justice avait rempli pleinement son rôle dans le domaine du droit de la famille et notamment concernant la place des pères dans les cas de divorce ou de séparation, une telle attitude extrémiste et sans lendemain ne lui serait sans doute jamais venu à l'idée.

S'il faut donc réprimer de tels agissements, il est nécessaire avant tout de bien les comprendre avant de les juger et c'est cette compréhension qui permettra de les prévenir.

Les comprendre, c'est bien-entendu donner le sentiment aux nombreux pères qui revendiquent de plus en plus nombreux, le respect de leurs droits au même titre que ceux de la mère.

Résidence alternée, droits des pères, Cahrle PIK votre avocat du divorceCela a été le rôle de l'avocat Me Charles PIK dans cette affaire. Il a apporté à ce papa désespéré son aide lorsqu'il s'est retrouvé entre les mailles de la Justice.

Il a également eu à défendre un autre papa qui avait tout simplement apporté son aide à un autre père qui, suite à un divorce, avait vécu également dans la clandestinité avec son enfant qu'il refusait de rendre à sa mère dans la mesure où il ne bénéficiait que des droits résiduels habituellement atribués aux pères sur son enfant, ce qu'il avait bien-entendu refusé.

La liste des pères divorcés, ou en cours de divorce ou de séparation désespérés qui agissaient de cette façon était longue à une certaine époque.

Heureusement, grâce au débat mené sur les différents thèmes liés au divorce, qui a tout de même fait évoluer une partie de la loi concernant le droit de la famille en modifiant notamment un certain nombre de dispositionsles relatives au divorce, et même si la route est encore longue, on a pu éviter des réactions aussi extrêmes dont les conséquences psychologiques pour les enfants eux-mêmes sont importantes, outre le fait qu'un système démocratique ne peut se satisfaire d'un acte illégal fut­il justifié par le désespoir et le sentiment d'injustice.

Cependant si la Démocratie exige la confiance, il n'est pas admissible qu'une partie de la population et notamment celle des nombreux papas de France, ne puisse pas conserver cette confiance en sa Justice et principalement face à un Juge aux affaires familiale chargé de régler une procédure de divorce.

Il est tout de même dommage qu'il faille en arriver à de telles extrémités pour se faire entendre ou tout simplement faire entendre sa voix dans le seul but d'être traiter à égalité et dans le cadre de la co-parentalité nécessaire avant tout à l'intérêt des enfants.

C'est donc par des interventions multiples et associatives avec l'aide d'avocats se consacrant à la défense des pères comme Me Charles PIK que l'on a pu progresser.

Il faut savoir que Me Charles PIK est en mesure de produire un grand nombre de décisions de Justice qui, il n'y a pas si longtemps auraient été inconcevable en ce qu'elles refusaient tout simplement ne serait-ce que le partage de l'exercice de l'autorité parentale entre un père et une mère sous le seul prétexte du désaccord des parents.

Cela revenait à justifier la simple opposition de la maman qui face à un papa désarmé, n'avait qu'à en faire simplement état pour parvenir à ses fins.

On était bien-entendu encore très loin de l'introduction dans la loi, de cette nouvelle disposition qu'est la résidence alternée inconcevable à l'époque et qui constitue à ce jour un espoir pour les nombreux pères de retrouver la place qui est la leur.


liens utiles : Justice Papa - cordosilvio.fr